Légende bannière

Fin de journée d'automne sur Château-Chalon.

translate

juste des images

Si vous ne voulez voir que les photos.

Vous ne voulez voir que les photos ? Rien de plus simple...Pour chaque article, cliquez sur n'importe quelle photo, cela vous permettra de les voir toutes en grand format.

mercredi 30 novembre 2016

L'Amanite phalloïde. Amanita phalloides.


Amanita phalloides (Amanitaceae).
(Vaillant ex Fries) Johann Heinrich Friedrich Link 1833.
L'Amanite phalloïde.

Champignon Mortel

              Amanita phalloides (Vaill. ex Fr.) Link 1833, l'Amanite phalloïde est un champignon Basidiomycète à tendance acidophile qui se rencontre en été et en automne, en forêts, plutôt de feuillus et plus particulièrement de chênes, de hêtres et de châtaigniers. C'est un des champignons les plus dangereux, dont l'ingestion est souvent mortelle; sa toxicité est surtout due à l' α amanitine qui s'en prend au foie et aux reins; la dose létale est d'environ 30 g pour un adulte.
             Le chapeau pouvant atteindre 15 cm de diamètre, est globuleux ± conique, puis devient hémisphérique avant de s'étaler. Lisse à vergetures radiales, à marge fine, non striée, il est de couleur assez variable, verdâtre-jaunâtre, parfois assez pâle, ou plus foncé ± vert bronze, parfois blanc dans la variété alba.
            Le stipe peut atteindre 20 cm de haut, 3 cm de diamètre; il est cylindrique, blanc, chiné de gris olivâtre; la base bulbeuse est enveloppée par une volve en sac blanche, souvent teintée de verdâtre à l'intérieur; cette volve caractéristique peut disparaître mangée par les limaces. Il est orné d'un anneau blanc persistant, membraneux, strié dessus, qui peut également disparaître.
           Les lames sont blanches, à reflets parfois ± verdâtres, assez serrées, libres, souvent à lamellules tronquées.
           La chair, blanche, jaune-verdâtre sous la cuticule (qui s'épluche facilement), est tendre, à senteurs faibles et saveur douce; en vieillissant elle prend une odeur de rose fanée.
           La sporée est blanche, les spores amyloïdes sont subglobuleuses à ellipsoïdes de 9 x 8 µm.

Confusion possible avec:
            Agaricus campestris, Agaricus silvicola, Agaricus arvensis, et autres Agarics, Leucoagaricus leucothites, Russula virescens, Russula cyanoxantha, Volvopluteus gloiocephala...

Pour certains termes techniques: lexique mycologique.

Amanita phalloides.
L'Amanite phalloïde.
Chapeau globuleux ± conique, devenant
 hémisphérique avant de s'étaler.
Bois de Marnezia 39270. 2016/11/07.

Amanita phalloides.
L'Amanite phalloïde.
Base du stipe bulbeuse, 
enveloppée par une volve en sac, blanche,
 souvent teintée de verdâtre à l'intérieur.
Bois de Marnezia 39270. 2016/11/07.

Amanita phalloides.
L'Amanite phalloïde.
Chapeau lisse à vergetures radiales
à marge fine, non striée.
Bois de Marnezia 39270. 2016/11/07.

Amanita phalloides.
L'Amanite phalloïde.
Exemplaires typiques et bien reconnaissables.
Bois de Marnezia 39270. 2016/11/07.

Amanita phalloides.
L'Amanite phalloïde.
Exemplaire plus délicat à reconnaitre, délavé.
Bois de Pannessières 39570. 2016/11/14.

Amanita phalloides.
L'Amanite phalloïde.
Anneau et volve peuvent disparaître
partiellement ou totalement.
Bois de Pannessières 39570. 2016/11/14.

              En aucun cas vous ne pouvez consommer des Champignons en basant votre détermination sur la fiche, ceci peut être dangereux, voire mortel.
              L'auteur se dégage de toute responsabilité quant à l'éventuelle intoxication due à une erreur de détermination d'un Champignon.



mardi 29 novembre 2016

Le Polypore bisannuel. Abortiporus biennis.


Abortiporus biennis (Meripilaceae).
(Bulliard : Fries) Rolf Singer 1944.
Le Polypore bisannuel.

Sans intérêt culinaire.

         Abortiporus biennis (Bull. : Fr.) Singer 1944, le Polypore bisannuel est un champignon Basidiomycète moyennement fréquent, sur chemins forestiers, surtout sur souches enfouies, débris ligneux enterrés, que l'on peut rencontrer isolé ou en groupe de juillet à fin janvier. Cette espèce provoque une pourriture blanche.
       Le sporophore, subglobuleux dans le très jeune âge, exsudant souvent des gouttes rouges, devient rapidement en éventail (jusqu'à 3 cm de "diamètre"), en rosette, englobant souvent des particules végétales, avec fréquemment une imbrication des différents "éventails" les uns dans les autres. La face supérieure est de couleurs variables, crème, brun-ochracé, roussâtre, à surface lisse faiblement ondulée, feutrée-veloutée. La marge est fine, blanchâtre légèrement ondulée.
      Le stipe plus ou moins massif, cylindrique ou conique, central ou latéral, peut atteindre 4-5 cm et est enfoui dans le sol.
      L'hyménium est irrégulièrement poré, plus ou moins labyrinthé, blanchâtre, rougissant plus ou moins au toucher; il devient rougeâtre avec l'âge.
      La chair est molle, blanche, rosissant à la coupe. Elle dégage une forte odeur fongique, et sa saveur est douce.
     Les spores atteignent 6,5 x 5 µm.

Pour certains termes techniques: lexique mycologique.

Abortiporus biennis.
Le Polypore bisannuel.
Sur souches enfouies, débris ligneux enterrés,
 isolé ou en groupe, de juillet à fin janvier.
Forêt Domaniale de Moidons, Molain 39800. 2016/09/26.

Abortiporus biennis.
Le Polypore bisannuel.
Sporophore rapidement en éventail, en rosette,
englobant souvent des particules végétales.
Forêt Domaniale de Moidons, Molain 39800. 2016/09/26.

Abortiporus biennis.
Le Polypore bisannuel.
Imbrication fréquente des différents "éventails" les uns dans les autres.
Forêt Domaniale de Moidons, Molain 39800. 2016/09/26.

Abortiporus biennis.
Le Polypore bisannuel.
Marge fine, blanchâtre légèrement ondulée.
Forêt Domaniale de Moidons, Molain 39800. 2016/09/26.

Abortiporus biennis.
Le Polypore bisannuel.
La face supérieure est de couleurs variables feutrée-veloutée.
Forêt Domaniale de Moidons, Molain 39800. 2016/09/26.

Abortiporus biennis.
Le Polypore bisannuel.
 Hyménium blanchâtre, rougissant plus ou moins au toucher
et devenant rougeâtre avec l'âge.
Forêt Domaniale de Moidons, Molain 39800. 2016/09/26.

Abortiporus biennis.
Le Polypore bisannuel.
 Hyménium blanchâtre, rougissant plus ou moins au toucher
et devenant rougeâtre avec l'âge.
Forêt Domaniale de Moidons, Molain 39800. 2016/09/26.

Abortiporus biennis.
Le Polypore bisannuel.
Hyménium  irrégulièrement poré, plus ou moins labyrinthé.
Forêt Domaniale de Moidons, Molain 39800. 2016/09/26.

              En aucun cas vous ne pouvez consommer des Champignons en basant votre détermination sur la fiche, ceci peut être dangereux, voire mortel.
              L'auteur se dégage de toute responsabilité quant à l'éventuelle intoxication due à une erreur de détermination d'un Champignon.

vendredi 25 novembre 2016

L'Amanite jonquille. Amanita junquillea.


Amanita junquillea (Amanitaceae).
Lucien Quélet 1876.
L'Amanite jonquille.

Toxique.

        Amanita junquillea Quélet 1876 = Amanita gemmata (Fr.) Bertillon 1866, l'Amanite jonquille ou Amanite à pierreries (nom qui lui vient du fait que les flocons sur le chapeau brillent comme des pierres précieuses par temps humide) est un champignon Basidiomycète assez polymorphe, plutôt précoce, thermophile, assez fréquent dans l'Ouest, le Sud-Ouest de la France et le pourtour méditerranéen, beaucoup moins ailleurs; cette espèce fréquente les bois de conifères, les bois mixtes, plus rarement ceux de feuillus, sur sols acides.
        Le chapeau atteignant 10 cm, rarement 15, hémisphérique dans la jeunesse, s'étale rapidement. La cuticule, luisante, séparable facilement, jaune-orangé à crème-jaunâtre pâlissant avec l'âge, est couverte de quelques petites plaques ou flocons blancs facilement détachables. La marge du chapeau est lisse dans la jeunesse et devient courtement striée lorsque le chapeau s'étale.
        Les lames libres à légèrement adnées sont serrées larges, blanches à très légèrement crèmes. Présence de lamellules plus ou moins tronquées.
        Le pied, cylindrique, assez trapu, bulbeux, atteignant 10 cm de haut et 2 cm de diamètre, farci puis vite creux, légèrement pelucheux-floconneux, est strié au sommet; il est muni d'un anneau fugace, souvent apprimé et incomplet; à la base une volve étroite et adhérente, peu développée, fragile laisse rapidement apparaitre quelques bourrelets au dessus du bulbe.
        La chair, jaune sous la cuticule, blanche ailleurs, peu épaisse, tendre, a une odeur peu marquée, une saveur douce.
        La sporée est blanche, amyloïde. Spores, elliptiques de 11 µm x 8 µm environ.

       L'Amanite jonquille est une espèce à toxicité "variable" ( ceci dû à son polymorphisme?); elle a provoqué des accidents sérieux de type "syndrome panthérinien" et ne doit donc pas être consommée.

Pour certains termes techniques: lexique mycologique.

Amanita junquillea.
L'Amanite jonquille.
Chapeau hémisphérique s'étalant rapidement.
Cuticule, luisante, séparable facilement, couverte de quelques petites plaques
 ou flocons blancs facilement détachables.
Bois de la Communauté, Larnaud 39140. 2016/10/31.

Amanita junquillea.
L'Amanite jonquille.
Pied, cylindrique, assez trapu, légèrement pelucheux-floconneux.
Bois de la Communauté, Larnaud 39140. 2016/10/31.

Amanita junquillea.
L'Amanite jonquille.
Anneau fugace, souvent apprimé et incomplet.
  Volve étroite et adhérente, peu développée, fragile,
 laissant rapidement apparaitre quelques bourrelets au dessus du bulbe.
Bois de la Communauté, Larnaud 39140. 2016/10/31.

              En aucun cas vous ne pouvez consommer des Champignons en basant votre détermination sur la fiche, ceci peut être dangereux, voire mortel.
              L'auteur se dégage de toute responsabilité quant à l'éventuelle intoxication due à une erreur de détermination d'un Champignon.